Contexte : le prix des choses en 1776

Lorsque l’on s’intéresse aux monnaies royales, on aimerait parfois savoir ce que l’on pouvait acheter avec ces écus d’argent et ces louis d’or ou plus simplement avec ces gros sous. Voici un exemple du prix des biens au tout début du règne de Louis XVI. Il s’agit de l’extrait d’un inventaire de décès dans une ferme du Vigan (Cévennes) établi en 1776.

Lire cet article

Découvrir : l’origine du sou

De nos jours, plus personne ne compte en sous. Cependant, dans les années 1930 et 40 encore, les gens utilisaient communément cette unité pour désigner soit leurs centimes (les « sous troués ») soit la pièce de 5 F (« une pièce de cent sous »).

Et aujourd’hui, le sou reste toujours présent dans de nombreuses expressions populaires : « être sans le sou », « propre comme un sou neuf », « un sou, c’est un sou »…

L’extraordinaire est que ce sou encore vivace dans nos mémoires a traversé des centaines d’années et est passé par tous les métaux monnayés, nobles : or puis argent, ou communs : billon, cuivre, nickel, et autres. Il est né à l’époque romaine d’une grave crise monétaire et a, en France, terminé sa carrière avec une autre crise, la guerre de 1940.

Lire cet article

Termes monétaires d’Ancien Régime

Voici un très intéressant document publié vers 1791 par l’Imprimerie Nationale, à l’occasion des nombreuses discussions qui ont agité l’Assemblée Nationale sur les nouvelles monnaies. Destiné aux députés, il permet aujourd’hui d’avoir des définitions claires de termes monétaires de l’Ancien Régime.

Lire cet article