Au 17° siècle, l’économie européenne est fondée sur l’utilisation de monnaies métalliques, principalement en or et en argent. Quelques pionniers comme la Suède puis l’Angleterre commencent à utiliser de la monnaie papier, très ancienne invention chinoise, qui présente l’avantage d’être facile à transporter.

Billet de 100 Livres du 1er juillet 1720

Banque Law billet de 100 Livres 1er janvier 1720

La France y a recours au tout début du 18° siècle, quand les caisses de l’Etat sont quasiment vides à cause des guerres successives de Louis XIV. Il s’agit tout d’abord de « billets de monoye [monnaie] », dont l’échange en numéraire devient rapidement de plus en plus théorique. Les billets qui n’ont pu être remboursés sont alors transformés en « billets d’Etat », sous la Régence. Ces derniers sont finalement repris par la Banque Law qui vient d’être lancée. Le système de Law donne une ampleur nouvelle à la diffusion de billets de banque, notamment grâce à des petites coupures de 10 livres, bien pratiques pour le commerce. On connaît la fin de l’histoire : une banqueroute retentissante en 1720. Cette faillite est aussi celle de l’Etat, qui apure ainsi ses dettes à moindre frais. La situation financière du pays peut repartir sur de meilleures bases et l’on revient aux seules monnaies métalliques.

La question d’une monnaie fiduciaire reprend de l’actualité sous le règne de Louis XVI. Pour faciliter le commerce, Turgot crée en 1776 la « Caisse d’Escompte » à qui il donne le monopole de l’émission de billets. Elle en fait un usage modéré jusqu’en 1789, même si elle est de plus en plus sollicitée pour boucher les trous du budget…

Une naissance pleine d’intérêt

La Révolution éclate dans un contexte économique très difficile : la dette publique est impressionnante. Pour faire face à son remboursement, les biens du Clergé sont « nationalisés » le 2 novembre 1789. Voilà l’Etat à la tête d’un capital immense, mais qui va être long à négocier. Comment le rendre liquide rapidement ? Après des discussions passionnées émerge une solution : créer des bons à intérêt, gagés sur ce patrimoine national et que leurs porteurs pourront utiliser pour acheter ces biens. Ce sont les assignats, du verbe « assigner » qui veut dire : affecter un fonds au paiement d’une dette.

Leur acte de naissance officiel est un décret des 19 et 21 décembre 1789, dont voici les principaux extraits :

« Art 1 – Les billets de la Caisse d’Escompte continueront d’être reçus en paiement dans toutes les caisses publiques [...]

Art 2 – La Caisse d’Escompte fournira au Trésor Public, d’ici au 1er juillet prochain, 80 millions en ses billets.

Art 3 – Les 70 millions déposés par la Caisse d’Escompte au Trésor Royal en 1787 lui seront remboursés en annuités portant 5 % d’intérêts, et 3 % pour le remboursement en capital en vingt années.

Art 4 – Il sera donné à la Caisse d’Escompte, pour ses avances de l’année 1789 et des six premiers mois de 1790, 170 millions en assignats sur la Caisse de l’Extraordinaire [...]

Art 9 – Il sera formé une Caisse de l’Extraordinaire, dans laquelle seront versés les fonds provenant de la contribution patriotique, ceux des ventes qui seront ordonnées par le présent décret, et toutes les autres recettes extraordinaires de l’Etat. Les deniers de cette caisse seront destinés à payer les créances exigibles et arriérées, et à rembourser les capitaux de toutes dettes dont l’Assemblée Nationale aura décrété l’extinction.

Art 10 – Les domaines de la couronne, à l’exception des forêts et des maisons royales dont S.M. voudra se réserver la jouissance, seront mis en vente, ainsi qu’une quantité de domaines ecclésiastiques suffisante pour former ensemble la valeur de 400 millions.  [...]

Art 12 – Il sera créé sur la Caisse de l’Extraordinaire des assignats portant intérêt à 5 %, jusqu’à concurrence de la valeur desdits biens à vendre, lesquels assignats seront admis  de préférence dans l’achat desdits biens. Il sera éteint lesdits assignats, soit par lesdites ventes, soit par les rentrées de la contribution patriotique, et par toutes les autres recettes extraordinaires qui pourront avoir lieu, 120 millions en 1791, 100 millions en 1792, 80 millions en 1793, 80 millions en 1794, et le surplus en 1795. »

On voit clairement que l’Assemblée Constituante cherche à gagner du temps en étalant la dette. Elle emprunte à nouveau  en escomptant des recettes futures et affiche nettement son intention de procéder aux remboursements des assignats dès que possible.

En fait, très vite les assignats changent de nature. Par un décret du 17 avril 1790, leur taux d’intérêt est réduit à 3 % et surtout ils deviennent un instrument monétaire à part entière :

«[...] Art 3 – Les assignats créés par les décrets des 19 et 21 décembre 1789 auront cours de monnaie entre toutes personnes dans toute l’étendue du royaume, et seront reçus comme espèces sonnantes dans toutes les caisses publiques et particulières.

Art 4 – Au lieu de 5 % d’intérêt pour chaque année qui leur étaient attribués, il ne leur sera plus alloué que 3 % à compter du 15 avril de la présente année [...]

Art 5 – Les assignats seront depuis  1.000 livres jusqu’à 200 livres. L’intérêt se comptera par jour [...]

Art 6 – L’assignat vaudra chaque jour son principal, plus l’intérêt acquis, et on le prendra pour cette somme [...]

Art 11 – Les 400 millions d’assignats seront employés, premièrement, à l’échange des billets de la Caisse d’Escompte, jusqu’à concurrence des sommes qui lui sont dues par la Nation pour les billets qu’elle a remis au Trésor Public en vertus des décrets de l’Assemblée Nationale. Le surplus sera versé successivement au Trésor Public, tant pour éteindre les anticipations à leurs échéances que pour rapprocher d’un semestre les intérêts arriérés de la dette publique. [...] »

Ces assignats ne sont pas très pratiques. Tout d’abord ce sont des grosses coupures. Mais surtout leur valeur varie quotidiennement par l’ajout des intérêts. De plus, la méfiance commence à s’insinuer et les transactions se réalisent au prix d’une petite décote. Ainsi en août 1790, 100 livres d’assignats ne trouvent preneur qu’à 92 livres en numéraire. Pour combattre la réticence du public, comme de l’administration d’ailleurs, l’Assemblée décrète le cours forcé le 12 septembre 1790 : tous les assignats devront être acceptés pour leur valeur faciale, augmentée de l’intérêt journalier.

Des coupures plus faciles à utiliser

L’enveloppe initiale de 400 millions est bientôt très insuffisante. Dès le 29 septembre 1790, une nouvelle émission de 800 millions est décrétée, avec l’engagement solennel que ce total de 1.200 millions ne sera pas dépassé. A cette occasion l’intérêt des assignats est supprimé et l’on instaure des coupures plus petites, à partir de 50 livres. La diffusion des assignats est facilitée par ces mesures mais la défiance augmente. Les monnaies d’or, d’argent et même celles de bronze  disparaissent de la circulation. Il se pratique deux prix : l’un en assignat, l’autre en espèces. Seulement, personne ne veut payer en numéraire y compris les petites sommes. Les coupures de 50 livres sont encore trop grosses, le commerce est asphyxié.  Les transactions quotidiennes se maintiennent à coup d’expédients : monnaies et billets « de confiance » émis par des particuliers (comme les frères Monneron) ou des municipalités.

Pour faire face à cette situation, l’Assemblée décrète le 6 mai 1791 la fabrication d’assignats de 5 livres pour une valeur de 100 millions. Ce n’est pas une augmentation de la masse des assignats en circulation : il est sagement décidé que des assignats de 2.000 et 1.000 livres seront détruits pour un montant équivalent.  De nouvelles émissions de petites coupures : 25 livres, 10 livres et 5 livres ont lieu durant l’année 1791, mais cette fois-ci en plus des assignats déjà existants. Un nouvel effort est fait en janvier 1792 avec la création de coupures de 10, 15, 25 et 50 sous, destinées à  être échangées contre des assignats de valeurs plus importantes. A cette époque, le cours de 100 livres d’assignats est tombé à 77 livres en numéraire, soit une décote de 23 %. L’inquiétude monte, beaucoup d’émigrés sont partis, la crise du commerce est patente, la guerre couve…

Assignat de 2.000 F du 18 nivôse An III

Assignat de 2.000 F du 18 nivôse An III

Plus dure sera la chute…

La situation s’aggrave en 1792. Au cours des six premiers mois le cours tombe à 57 soit une nouvelle chute de 26 %, puis se redresse ensuite. Pour faire vite on ne numérote plus individuellement les assignats inférieurs à 5 livres : ils portent juste un numéro de série. Avec la guerre et l’invasion du territoire, les besoins financiers sont de plus en plus pressants. En octobre le montant maximum des assignats en circulation est augmenté à 2.400 millions. Du point de vue de leur aspect, les assignats évoluent avec l’arrestation du Roi et la création de la République. Ceux qui portaient « la face du tyran » sont remplacés par des assignats républicains, dont une magnifique coupure de 400 livres.

Les choses s’accélèrent dès le début de 1793 avec un plafond d’encours maximal porté à 3,1 milliards de livres en février. Les impôts rentrent de moins en moins, la spéculation s’étend partout. Le cours de 100 livres en  assignats tombe au plus bas de l’année à 22, en août.  Puis le crédit des assignats se redresse un peu, par la force, au moment de la Terreur.  Il faut dire que l’Etat ne lésine pas sur les moyens répressifs : peines de mort en cas de refus d’un paiement en assignats, loi du Maximum (encadrement des prix)… Parallèlement, les émissions d’assignats sont de moins en moins en rapport avec la valeur des biens nationaux sur lesquels ils sont garantis et que l’on peut estimer à 3 milliards environ. Quelques efforts sont faits pour réduire le volume des assignats en circulation, notamment par l’emprunt forcé pendant l’été 1793 ou la démonétisation des assignats royaux. Mais aussitôt après, de nouvelles émissions augmentent à nouveau la masse en circulation.

Celle-ci atteint ainsi 8 milliards de livres au début 1794. La répression se poursuit sur tous les fronts tandis que l’économie se délite complètement. La réaction thermidorienne et la fin de la Terreur apportent un soulagement général, mais l’inflation s’accélère. Les premiers assignats en Francs, désormais nouvelle unité monétaire de la République, sont décrétés le 18 nivôse An III (7 janvier 1795). Ils sont d’une valeur de 100, 750, 1000, 2000 et 10.000 F ! Leur valeur faciale témoigne bien de la dérive des prix. Le cours de 100 livres en assignats tombe à 18 en numéraire, soit une perte de 82 %…

Ce n’est hélas qu’un début, car le mouvement s’emballe : le cours passe à 3,20 en juin 1795 pour finir à 0,46 en janvier 1796, soit une chute abyssale de 99,5 %. Il faut dire que le plafond d’encours est alors passé à 42 milliards d’assignats !

Le Directoire essaie de sauver comme il peut la situation. Il fait solennellement détruire les « planches à billet » le 30 pluviôse an IV (19 février 1796) et prévoit le remplacement des assignats  par une nouvelle monnaie papier : le Mandat Territorial.  Dans l’attente de sa fabrication effective, on imprime hâtivement des « promesses de mandat ». Elles sont prévues à l’origine pour faire l’échange des assignats à raison de 30 en assignats contre 1 en promesse. Mais ces promesses de mandat perdent 99 % de leur valeur en moins d’un an. Le mandat territorial est mort avant même d’avoir été réellement mis en circulation !

Bordereau attestant du cours du mandat territoria

Bordereau attestant du cours du mandat territorial

Les assignats terminent ainsi leur vie misérablement, mais leur bilan n’est pas le même pour tous. S’ils ont entrainé une inflation affamant une grande partie de la population, ils ont été une source d’enrichissement extraordinaire pour quelques uns : tous ceux qui, comme les paysans aisés, produisaient des biens de première nécessité. Les prix de vente étaient astronomiques en papier monnaie mais ces mêmes assignats, acceptés avec forte décote, servaient ensuite à acheter des biens nationaux pour lesquels ils étaient comptés pour leur valeur faciale !…

____________________

Welcome to this shopping space dedicated to coin and papermoney collecting.

We sell mostly through two famous international web sites. Please look there at our feedbacks: you will see you can make trusty deals with us.

We wish to give you the best service, so:

We guarantee every item we sell to be genuine and we describe it the most precisely possible,

We do our best to give you fair grading and prices,

We offer you safe secure and easy payment with Paypal,

We send quickly your purchase and gladly combine multiple orders in the same shipment,

We give you clear terms and conditions click here (renvoie aux CG),

If you are not pleased with your purchase, you can send it back within 7 days after you get it and we give you your moneyback.

Our DELCAMPE store: hundreds of coins, tokens or banknotes at fixed prices

You can find there a large choice of items, mostly between 10 and 80 euros. And for that price you can get for instance a gorgeous ancient coin, 300 years old or more! Come and visit us as often as you wish: every month new great items are added.

Our eBay store: new items each week

Of course we are on eBay! You can bid there on some of our antique coins or beautiful French royal tokens (jettons). But there are also fixed prices, so convenient to buy the items at once. The best way for you to get an idea of our stuff: please click here. And remember: you can buy in our store at eBay.fr just as you do at your own national eBay site.
New to eBay or Delcampe? It is very easy to discover our stores:

1/ click on the buttons to see the items we are selling,

2/ if you wish to buy any of them, you just have to register yourself. You need only a few clicks: registration is fast and free!

3/ then you can pay your purchase in your own currency by Paypal (or Moneybookers in Delcampe) which is a secure way of payment you can even use with your usual credit/debit card.

What if you want to buy several items?

We can combine shipping to save on postage: when you buy multiple items, in one store or in both, you pay the postal cost just once. Please ask us for the total amount and don’t pay at once, we will send you a global Paypal invoice.

Feel free to ask questions!

To contact us you may use eBay or Delcampe mail boxes. You also may contact us directly using our contact form.

GENERAL TERMS OF SALE

Please note:

When you purchase an item from us you definitely agree with the present conditions

Only registered shipping can be refunded in case of loss,

For those who don’t live in a EEC country : Customs Import duties, if any in your country , are at your charge.

Items for sale

All items are unconditionally guaranteed authentic, genuine and as described. We do not sell copies or reproductions. For tokens (jettons) or medals, it may be later restrikes which means they were officially struck with the original dies. In such a case, it is said so in the ad: «restrike» or «later issue»…

The item you see in the picture is the one you are going to get.

Payment

Payment is due within 7 days after your purchase or your winning bid. The usual way of payment is Paypal (or Moneybookers for Delcampe). If you wish to pay by others means such as bank transfer, please contact us before your purchase.

Shipping

Shipping costs are indicated in each ad. Multiple orders can be combined in one shipment to save on postage. Please ask for it before payment, we will send you a global invoice.

We are used to ship your item within two working days after clearing of your payment. But we cannot be responsible for possible postal delays.

Shipping by regular priority mail is not insured and is at the buyer’s risk. We cannot be responsible in case of loss. On the contrary, items sent by registered mail are 100 % guaranteed.

Return policy

If any item purchased is not to your satisfaction, you may return it unaltered within 7 days of receiving it. As soon as we get it, we give you full refund (except returning postal costs which are at your charge).

Customer service

To contact us you may use eBay or Delcampe mail boxes. You also may contact us directly using our contact form.